Girard

warning: Creating default object from empty value in /var/www/vhosts/revue-chimeres.fr/httpdocs/drupal_chimeres/modules/taxonomy/taxonomy.module on line 1387.

La performativité de Don Quichotte

 
Don Quichotte, Dali

Extrait de l'article paru dans la revue papier

La découverte de la performativité de l’identité par le roman

"Introduction : qui est Alonso Quijada ? 

"Milan Kundera se pose la question en ces termes : « Un pauvre gentilhomme de village, Alonso Quijada, a décidé d’être un chevalier errant et s’est donné pour nom Don Quichotte de la Manche. Comment définir son identité  ? » Est-il en permanence là caché sous le masque de Don Quichotte ou est-il celui qui décide de devenir Don Quichotte et que Don Quichotte décide de redevenir à la fin du roman ? Dans le premier cas, Alonso Quijada est la vraie identité de celui qui se fait passer pour Don Quichotte et le roman n’est pas l’aventure de Don Quichotte mais celle de la folie d’Alonso Quijada. Dans le second cas, la question de savoir qui est Alonso Quijada est secondaire ; il est un personnage essentiel du roman, car sans lui il n’y aurait pas de Don Quichotte, mais il n’est pas à proprement parler le personnage de ce roman puisqu’il cesse d’être lui-même pour devenir Don Quichotte.
Michel Foucault explicite l’origine de cette hésitation : «  [Avec] Don Quichotte [...] l'écriture a cessé d'être la prose du monde ; les ressemblances et les signes ont dénoué leur vieille entente ; les similitudes déçoivent, tournent à la vision et au délire ; les choses demeurent obstinément dans leur identité ironique : elles ne sont plus que ce qu'elles sont [...]. Le fou [...] est devenu, dans l'expérience occidentale, l'homme des ressemblances sauvages. [...] Il est le joueur déréglé du Même et de l'Autre. Il prend les choses pour ce qu'elles ne sont pas, et les gens les uns pour les autres ; il ignore ses amis, reconnaît les étrangers ; il croit démasquer et il impose un masque. Il inverse toutes les valeurs et les proportions, parce qu'il croit à chaque instant déchiffrer des signes : pour lui les oripeaux font un roi . » Avec Don Quichotte, les mots ne sont pas la description des choses existantes, ils créent la réalité de ce qu’ils nomment. Dès lors la nature réelle, originale, des choses, devient difficilement définissable.  Il en va de même pour Don Quichotte qui se fait chevalier en agissant et en se nommant comme tel, non en vertu d’une identité préalable. Cette situation semble correspondre à ce que Judith Butler étudie comme étant la performativité de l’identité ; à cela près que pour elle cette expérience n’est pas réservée au fou, mais est la condition ontologique de l’identité de chaque individu. Il se pourrait alors que la découverte de Cervantes ait une portée plus grande que ne le dit Michel Foucault. Peut-être Don Quichotte est-il le cas limite qui permet à Cervantès de découvrir la performativité de l’identité ?

Syndiquer le contenu